lundi 11 mai 2020

Dent du Chamois

 Le 15 mars, j'avais commencé la montée à la Dent du Chamois, mais j'avais du m’arrêter à "La Coula" car il y avait encore trop de neige pour aller au sommet,
 puis le lendemain commençait cette période bizarre qu'était le covid19 et son semi-confinement, qui a mis un terme provisoire à mes escapades montagnardes.

Vue sur la Dent du Bourgo en montant a celle du Chamois...

  Entre-temps, la neige a fondu, et la blancheur des pâturages s'est transformée en champs vert parsemé d'or. Les arbres se sont remplumés et ont pris leurs couleurs estivales. La montée a été moins pénible qu'en devant marcher dans la neige molle, et le soleil était bien présent et chaud !



 La Dent du Chamois, 1830 m. version "soft"...

...et  la Dent du Chamois, quelques centaine de mètres plus loin, version "hot".

D'un côté la Dent de Broc, dont je garde un excellent souvenir,  et le lac d la Gruyère au loin.
 De l'autre, la vallée de l'Intyamon et ses petit villages, le Moléson et la Dent de Lys.


La Dent du Bourgo et derrière, Brenleire et Folliéran.



 Les Dent de Broc et du Bourgo ont aussi leur visiteurs du dimanche.




Les plus petites choses ont leur importance, d'ailleurs, elles nous survivrons !



1 commentaire:

  1. Tu te rends compte du nombre de fourmis qu'on a écrasées dans nos vies de randonneurs. :-)
    Magnifiques paysages qui donnent envie de grimper, encore et encore, toujours plus haut. Bises alpines d'en face.

    RépondreSupprimer