dimanche 17 mars 2019

Avalanche sur les Plats de la Lée


Dans l'après-midi du 15 mars, profitant d'une éclaircie, l'hélicoptère est venu miner le sommet du Garde de Bordon après les chutes de neige de la nuit. Neige qui en soirée était floconneuse et légère s'était transformée en neige lourde et mouillée. Le résultat est une immense avalanche de neige compacte qui a barré presque toute la largeur des Plats de la Lée.



Avec ce mur de près de trois mètres de haut, on se sent  petit devant cette masse neigeuse qui a dévalé la pente avec plus de 1'600m de dénivelé. Le plus impressionnant est encore à venir...

Une fois passé ce premier mur apparait plusieurs couloirs vide de toute neige, comme un halfpipe de snowpark, dont le sol et les bords sont durs comme du béton. Ses flancs portent les traces des dernières tonnes de neiges descendues de la montagne, et qui ont poussés, à la manière d'un compacteur à ordure, la neige déjà arrivée en bas, laissant ces cicatrices béantes.

Inutile de préciser que dans ce genre d'avalanche, les chances de survie sont nuls. Toute cette neige qui semble former une fine dentelle est en réalité épaisse et très dur. Et retrouver quelqu'un dans ce chaos est quasiment mission impossible. Il faut être confronté à ce genre d’événement, comme les tempêtes en bord de mer et la puissance des vagues,  pour prendre pleinement conscience de la force phénoménale de la nature que l'on croit, à tort, avoir maitrisé.





Le soir venu, la dameuse a ouvert un chemin au travers de l'avalanche afin que le tour des Plats de la Lé puisse continuer à être pratiqué autant à pied qu'en ski de fond, dissipant par la même occasion, la magie de ces couloirs secrets de neige et de glace.


 

samedi 16 mars 2019

Ciel en feu !


Ce mardi 12 mars, les nuages se prélassaient nonchalamment dans le ciel grisâtre de cette fin de journée, que rien ne prédestinait à finir en feu, jusqu'à ce qu'une toute petite braise accrochée à un nuage et attisée par un vent d'altitude n'embrase lentement tout le ciel.



Puis tout les autres nuages voulurent également participer à ce feu d'artifice improvisé, et comme emportés par une musique céleste, le rouge aux joues, ils se mirent à danser lentement au dessus des montagnes, spectatrices impassibles de cet improvisation  de la nature, inspiratrice de ces quelques vers d'Alphonse de Lamartine:

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !"

 Le soleil, imperturbable dans sa ronde autour du monde et ayant d'autres cieux à réchauffer pris congé des nuages qui retrouvèrent leurs grisailles nocturnes, gardant en eux le souvenir de cette flamboyante soirée.


lundi 25 février 2019

Chaud - froid au Lac de Joux !

Le lac de Joux gelé, c'est comme la grotte du glacier de Zinal, à chaque fois l'ambiance est différente. A ma dernière visite, la glace était lisse et translucide, un miroir dans lequel se reflétait la Dent de Vaulion. Aujourd'hui, c'est de petites vagues de neige qui tapissent sa surface, donnant l'impression d'une mer agitée et parsemée de millions de petits moutons blancs. 

Au Pont, les pêcheurs devront attendre la débâcle pour reprendre leurs activités et le restaurant "l'Aurore" n'a plus de feras à servir à ses clients pour cause de lac gelé! Ce qui fait la joie des promeneurs en tout genres, car traverser un lac à pied est une expérience assez extraordinaire. Sans compter cette sorte d'énergie que j'ai ressentie à force de marcher sur l'eau et qui doit venir des fonds marins. Au petit matin, dans une ambiance fantasmagorique, le soleil qui pointe par dessus la crête du Jura réchauffe l'atmosphère et fait chanter la glace. Les berges apparaissent timidement et la Dent de Vaulion sort de la brume, annonçant une journée radieuse et ensoleillée.



Les fissures se font plus larges et, en cassant la fine couche de glace, on peut passer sa main au travers et sentir une épaisseur d'environ 20 cm. Ce doit être une autre expérience extraordinaire que de nager sous la glace, a condition que celle-ci soit transparente.



Mais c'est pas le tout, l'heure du casse-croute est arrivé, et que demander de mieux qu'un vacherin Mt d'Or, une baguette de pain, un p'tit coup de blanc, et direction le milieu du lac, pour une excellente agape avec le village du Pont et la Dent de Vaulion comme compagnons.

Quand le vent se lèvera, ces étranges embarcations vont descendre de leur piédestal  et glisseront a vive allure sur l'immensité du lac gelé. D'autres chausseront leurs patins à glace et tracté par une voile, se lanceront dans ce qu'on appelle le kite ice-skating. 
Mais la majorité feront classiquement du patins à glace. 
Pour l'instant, et vu la qualité de la glace, c'est plutôt marche a pieds et ski de fond !




L'incontournable coucher de soleil sur la vallée de Joux s'annonce prometteur et ne décevra personne ce soir là, à part les absents qui, comme chacun le sait, on toujours tort...

Il sera suivit d'un non moins majestueux lever de lune qui illuminera de sa lumière blanchâtre un lac déserté. Une petite lumière au sommet de la Dent de Vaulion m'indique que je ne suis pas le seul à profiter du spectacle nocturne. 

Comme j'ai pris une place pour le spectacle complet, le petit matin est vite la et la lune va s'éclipser discrètement pour laisser la place aux premières lueurs de l'aube, à la brume qui s’effiloche sur les forêts et aux oiseaux qui se font un plaisir de chanter en coeur le retour du Soleil.

Voilà la belle histoire de quelques jours passé dans une vallée magique, à flâner joue contre Joux sur un lac gelé en savourant, chose très importante, l'instant présent.










  










Petit diaporama à regarder en plein écran et HD !


samedi 9 février 2019

Grotte du glacier de Zinal

Pour mon anniversaire, j'ai choisi d'aller souffler les bougies dans la grotte du glacier de Zinal, histoire de descendre quelques instants du train de la vie, et essayer de voir de quel côté vont me conduire ces fichus rails qu'on appelle "destin". 

J'y ai vu le bleu cristallin de la glace, une eau pure et fraiche entourée d'une plage de sable glaciaire qui se fraye un chemin sous cette étendue de neige, surmontant tout les obstacles, pour rejoindre les océans, comme sur des rails...

Dans le petit matin, le Besso me sert de guide et change de visage avant de céder la place au Weisshorn, pyramide parfaite, qui me toise, avec son fidèle gendarme, du haut de ses 4'506m. de roches et de glaces. Et quand le soleil apparait, l'air se réchauffe presque instantanément, le blanc devient éblouissant et la vallée s'illumine de beauté. Dans le lointain la grotte se dessine, petite arche bleu sous une immensité blanche, la naissance du monde et de la vie, l'eau sort de la montagne !

Une heure de quiétude et de solitude pour souffler les bougies de mon gâteau d'anniversaire et profiter de ce cadeau de soleil, de ciel bleu, de neige et de glace, avant que ma rêverie soit interrompue par l'arrivée d'autres admirateurs du Glacier de Zinal.

"J’ai appris à être heureux là où je suis. J’ai appris que chaque instant de la journée contient toutes les joies, la paix et tout ce qui fait que la vie est la vie. Le sens se trouve dans l’instant. Il n’est nulle part ailleurs. Vous ressentez ce que vous vous autorisez à ressentir, à chaque instant de la journée."
-Russ Berrier.













 
 Des nénuphars de glace fleurissent dans les rares endroits ou l'eau apparait, comme pour reprendre son souffle, avant de replonger sous la neige, sans un regard pour le glacier qui la vu naitre, pour poursuivre son chemin vers d'autres rencontres fluviales qui la conduira jusqu'en Méditerranée.

"Combien de fois perdons-nous ceux que l'on aime, sans le savoir ? Combien de fois crie-t-on Au revoir, sans même se retourner, et c'est fini pour toujours, et ce que l'on voudrait retenir, ce que l'on voudrait revivre, même une minute, même en rêve, n'existe tout simplement plus ?"
                                                                                                                               Véronique Olmi.