mercredi 15 août 2018

Train à vapeur Furka-Oberalp

Et dire qu'il a faillit disparaitre... sans la tenacité de quelques passionés, soutenu par des milliers d'autres, la ligne ferroviaire du Furka-Oberalp a pu etre sauvée de la démolition et continue a faire entendre l'halètement puissant de sa locomotive à vapeur 
partant à l'assaut de la montée du col de la Furka. 


L'idée a germée à la fin du 19e siècle, puis la 1er guerre mondiale stoppa les travaux, les travailleurs, la plupart étrangers, rentrèrent dans leur pays à l'appel du drapeau et les touristes étaient nettement moins nombreux. Prévu électrique au départ, le train devint vapeur et à crémaillière par la suite. Dans les années 1925, la construction reprit mais la ligne ne pouvait etre exploitée qu'environ 4 mois par année, ce qui decida la construction du tunnel de base entre Oberwald et Réalp et la démolition de la ligne sommitale de la Furka. Tout les détails de cette aventures ICI.

En 1982, un comité de soutien pour la sauvegarde de la ligne sommitale de la Furka fut créer, et après un immense travail d'information, de bénévolat, de recherche de fonds et de travail tout court, le résultat est là: un train a vapeur circule à nouveau sur le troncon Gletsch-Oberwald, avec des locomotives qu'il a fallut aller rechercher au...  Viet-Nam, ou elles avaient été vendues en 1947. En 1993, la HG3/4 no.1 "Furkahorn" est de retour sur les rails qui l'on vu faire se premiers tours de roues pour le plus grand plaisir des amoureux des trains à vapeur.




Départ à 14hrs 20, la pression monte, le plein d'eau est en cours et tout le monde fume d'impatience à l'idée de s'accrocher à la crémaillère pour un voyage inoubliable, accompagné par le souffle inimitable de la locomotive, pour rallier le sommet de la Furka.


Il existe plein d'autres endroits ou des passionnés font revivrent ce merveilleuses locomotives qui ont révolutionnés les transports à une époque pas si lontaine. 
A une époque ou "le bout du monde" n'était pas si loin que ca...

 La dernière que j'ai admiré était du côté de Pontarlier, "le Coni-fer" aux Hôpitaux-Neufs. 

Le "Blonay-Chamby" avec vue sur le Lac Léman et son musée. Une serie de vidéo sur les trains, produit par la RTS. La liste des anciens trains en France voisine, et l'histoire des trains à vapeur hélvetique, c'est sur "notre histoire.ch"

Bon voyage à toute vapeur, c'est bientôt l'heure du départ !!












dimanche 5 août 2018

Tour du Lac de Moiry alt.2500m

Nul besoin de prendre des avions qui refusent de décoller ni des autoroutes qui refusent de se débouchonner, les vacances peuvent se prendre à quelques pas de chez moi et j'en suis très heureux.
 Pour échapper à la canicule et avoir l'impression d'être en même temps au bord des eaux turquoises d'un océan lointain, une petite virée au Lac de Moiry s'impose.

 A l'image de ce paddle-men qui a un lac pour lui tout seul et de cette reine d'alpage qui broute sur une prairie avec vue, j'emprunte le sentier qui fait le tour du Lac de Moiry, à une altitude moyenne de 2'500m, ce qui offre un splendide coup d'oeil sur cette étendue turquoise et ensoleillée.

 Destination prisée de nombreuses personnes, qui, heureusement, se contentent de le visiter en voiture ou de faire juste quelques pas au dela du parking, ce qui laisse le sentier quasiment désert, j'aime en faire le tour en automne, quand les couleurs sont au rendez-vous et les marmottes moins craintives. Le lac nous offre alors ses plus belles teintes quand le soleil est de la partie.






Comme me le disent si justement deux charmantes personnes rencontrées sur le chemin, celui-ci devrait être rebaptisé: "Chemin des Edelweiss" tellement cette fleur emblématique des montagnes parsème ce sentier qui mène au Glacier de Moiry.





 Et je retrouve mon "Paddle-men" au beau milieu du lac, semblant passer indifferemment des eaux du lac aux nuages, et reciproquement. Pendant que pas loin les marmottons, nés fin mai, début juin, commencent juste à sortir de leur terrier pour  jouer au soleil d'aout.







La chaleur fait monter les gens en altitude, la terrasse de la cabane de Moiry et pleine et l'hélico vient juste de ramener un stock de bières fraiches !!


 Le retour par l'autre versant, par le lac de la Bayenna et la Fêta d'Août, est magnifique, avec une vue plongeante sur le lac de Moiry. C'est la première fois que j'empunte cette itinéraire et je le regrette vraiment pas, malgré la bonne grimpée pour arriver à la Bayenna.
La suite est un sentier panoramique, avec une rencontre fortuite des traces du loup qui semble se plaire dans la région. Un peu comme moi, mais pas pour les mêmes raisons.


Le trou du Glacier de Moiry s'agrandit d'année en année, et aujourd'hui, j'ai entendu par trois fois les seracs se décrocher et dévaler la pente dans un grondement assourdissant.







Lac du Louché, signe que la Buvette du Barrage, chez Clems et Fabs, sa bière, sa tarte aux abricots et le sourire de Safia, femme exceptionnelle qui est partie de Prudhoe Bay, en Alaska pour rejoindre Ushuaia, en Argentine à vélo, une bagatelle de 30'800 km, n'est plus très loin. 



samedi 21 juillet 2018

Tour des Gastlosen

Comme je n'ai pas rencontré de princesse du côté du chateau de Gruyère, je vais aller voir la légende du Grossmutterloch, au Gastlosen, autrement dit "le Trou de la Grand-Mère" aux "Inhospitalières"



 Le diable, faché contre sa grand-mère, la jette contre la parois rocheuse, ce qui fait un trou dans la roche, par ou passe les rayons du soleil, l'hiver venu. Spectacle étonnant que le soleil qui traverse la montagne. Une visite cet hiver s'impose, en attendant, je me lance dans le tour de ce massif montagneux qui a des airs de Dolomites, et je le fais dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, alors qu'il semblerait que ce soit dans l'autre sens que cela se fait...

 Une anecdote entendue à la buvette relate qu'un pélerinage a eu lieu un jour et que plus de 200 personnes ont entamés le tour dans  le sens dit, sauf deux-trois pelerins, mal orientées, qui sont partis dans l'autre sens, ce qui a posé quelques problèmes de croisements sur les chemins étroits sans compter les salutations d'usages en montagne à plus de 200 personnes rencontrées en chemin...


 Arrivée au Chalet du Soldat au son du cor des Alpes, 
que demander de plus à une randonnée en montagne ?!






 Gastlosen, l'Inhospitalière et néanmoins paradis des grimpeurs !


 Le retour se fait dans la lumière magique d'un sous-bois rafraichissant.


Rencontre avec un vautour fauve, avant celle, plus gourmande, des meringues glacée à la crème double de Gruyère et petits fruits à l'excellente Buvette des Sattels, et comme le roesti-saucisse à rôtir a l'air aussi bon que les meringues, je vais retourner faire cette rando très prochainement pour gouter le reste de la carte de la Buvette !

 Une merveille après un magnifique tour !




 Comment ne pas terminer un séjour en Gruyères sans fondue, et pour cela, la buvette d'alpage "Chez Boudji" dans la vallée du Motelon fera très bien l'affaire, et j'ai encore craqué pour des meringues... Heureusement que je marche le reste du temps.