vendredi 20 novembre 2020

Guylaine




 25 ans sont passé,
Une seconde, une éternité
Le chemin a été long
Mais tu est toujours à nos côté
De la-haut,
Sur ton étoile,
Bien installée
Tu peux voir
Qu’on ne t’as pas oubliée

Claude, Yann et Vincent

lundi 26 octobre 2020

Sentier des Arolles

 Dimanche doux et ensoleillé, peut être le dernier moment pour se balader sur les hauteurs de Zinal et profiter des couleurs automnales avant l'arrivée de la neige qui blanchit le paysage. Le sentier des Arolles surplombe Zinal et offre un magnifique coup d'oeil sur le Val d'Anniviers et ses montagnes environnantes.



Montée par le sentier qui mène à Tracuit et première pause au hameau du Chiesso, situé à mi-parcours du Roc de la Vache. En rénovation, mais travaux arrêté depuis quelques temps. 
 
Rencontre avec un bouquetin, mais celui-ci n'est plus très bavard, 
 
Deux lacets plus haut, j'abandonne la montée vers la cabane de Tracuit pour emprunter le sentier des Arolles. Pour l'instant, c'est plutôt les mélèzes qui font le spectacle avec leurs couleurs de feu.


 
 
 

Le sentier est bien moins raide maintenant, mais en le faisant dans ce sens, il faut se retourner fréquemment pour admirer la vue sur le Besso, la Pointe de Zinal, la Dent Blanche et le Grand Cornier.
 
Par contre, ca me laisse le loisir de marcher très lentement et de rêvasser 
dans un silence troublé de temps a autre par des geais qui s'envole à mon approche. 
 
Et voilà qu'apparait dans le ciel un aigle, tournoyant à la recherche de son casse-croûte du jour.
 
Trois petits tours et puis s'en va, ce qui me fait penser que c'est l'heure du mien, de casse-croûte !
 
2'310m, le point le plus haut du sentier, sera aussi mon coin repas, repos et contemplation sur cette vallée que j'habite depuis 34 ans déjà. Rien de tel pour se remémorer  la moitié de ma vie passée ici.
 Le moins bon et le meilleur...  nostalgie, quand tu nous tient !




 
Le retour à Zinal approche, et je vais rester encore une bonne heure à l'Alpage de Lyrec, profitant des derniers rayons chaleureux du soleil avant qu'il ne disparaisse derrière les montagnes. 
 
Demain, la neige va arriver...













samedi 17 octobre 2020

Couleurs d'Automne au Lac d'Arpitettaz

 Quoi de mieux pour oublier les moments bizarres que nous vivons que de s'offrir une petite balade dans les montagnes qui prennent leurs couleurs automnales et les mélangeant aux premières neiges tombées sur les hauteurs de Zinal. Direction le toujours magnifique petit lac d'Arpitettaz, sur le sentier de la cabane du même nom, qui, elle, a déjà pris ses quartiers d'hiver.
 
 
Le temps est propice à cette petite rando improvisée, juste le temps de préparer deux sandwichs, l'appareil photo, et me voila parti a l'heure de l'apéro, pour une journée colorée.
Les chamois et autres bouquetins ne seront pas au rendez-vous aujourd'hui, juste deux gypaètes, bien haut dans le ciel au dessus du col de Millon, m’accueilleront à mon arrivée au lac d'Arpitettaz.
 
Le glacier de Zinal et la cabane du Petit Mountet semblent à portée de main par ce temps clair.
Le glacier dont la grotte se visite en hiver. 
Et la cabane du Petit Mountet, destination montagnarde facile et agréable pour manger une fondue face aux montagnes environnantes.
 
















samedi 11 juillet 2020

Gorges de l'Aar, Gelmersee et Grimselpass


Après ces trois jours dans le Gadmental, départ pour le Grimsel. Clin d'oeil en passant devant le téléphérique qui mène au Glacier et pont suspendu du Trift, souvenir d'une excursion de l'année dernière, puis un petit crochet par les Gorges de l'Aar pendant qu’il n’y a pas trop de monde.


Deux falaises d’environ 100m de hauteur entre lesquelles se faufile la rivière, jusqu'à se rétrécir à deux mètres. Une passerelle aménagée a flan de rocher, suspendue comme les bisses valaisans, à la différence que c’est pour le passage des piétons et non de l’eau que cette prouesse a été réalisée. La force de l’eau a taillé ces roches d’une manière impressionnante et le spectacle doit être dantesque les jours de crues, et les croisements difficile les jours de fortes affluence.




Comme le funiculaire est très fréquenté, je vais monter à pied au Gelmersee, il sera plus facile de redescendre avec s'il n'y a pas trop d'attente. La aussi, de nombreuses marches ont été faite pour faciliter la montée, un travail incroyable que l'on remarque a peine, mais qui a dut couter son lot de transpiration. Les rhododendrons sont partout en fleurs et parsème la montagne de large taches de couleur. Un peu plus de soleil aurait rendu de magnifiques couleurs, mais le temps est presque à la pluie. Ce sera pour la prochaine fois, quand j'aurais le temps de grimper jusqu'a la Gelmerhütte, car pour l'instant je n'ai que le temps de faire le tour du lac, de prendre le funiculaire et de retourner a mon point de départ, ce qui va me prendre l'après-midi.







Le voila qui arrive, ce fameux funiculaire. Avec une pente de 106%, c'est le deuxième plus raide du monde. Mis en service pour assurer la construction du barrage, 
il est depuis utilisé a des fins touristique et permet le grand frisson à la montagne. 

Descente à 360°




Un pont suspendu pour terminer le parcours et plus qu'a remonter la vallée pour retrouver mon camion, qui est quand même à trois kilomètres d'ici.
Juste pour le plaisir de descendre en funi, il faut maintenant remonter... 




L'Hospice du Grimsel, et juste à côté le barrage de Spitallamm qui va être doublé. Un deuxième barrage va être construit devant le premier, construit dans les années 1930, puis noyé lors de la mise en eaux. Une prouesse technique qui succède à celle de la première construction. Pas les mêmes moyens, pas toujours la même technique mais un engagement humain incroyable. 
Le chantier peut se visiter ainsi qu'une exposition et une galerie de photos, et le coup d'oeil sur les travaux est impressionnant. Décidément, le génie humain n'a pas de limite. Dommage que ce ne soit pas toujours pour les bonnes causes...












Le ciel se couvre et la nuit sera fraiche au Grimselpass après les roesti du Grimselblick

Petit matin, les camions circulent déjà sur la route du col et le soleil vient réchauffer l'atmosphère. Le bouquetin n'est plus isolé au milieu du lac, les eaux sont basses et on peut se promener sur la presque ile découverte. Le Sidelhorn est encore bien enneigé, encore un souvenir d'une belle randonnée avec une magnifique vue sur les environs . Les motards se sont remis en route, et je vais rentrer tout doucement du côté de Zinal, sans oublier de m’arrêter manger un plus qu'excellent filet de boeuf au restaurant Baschi, entre Geschinen et Ulrichen.

 Restaurant que j'avais découvert il y a plus de 20 ans, au retour d'une virée tessinoise avec Alphonse Clavien, vigneron de son état, et de Tisane, musicien émérite de l'orchestre des Planches à Nœuds, exilé des Grottes à Genève pour se mettre au frais à Biel, dans la vallée de Conches.
A votre santé, les amis, qui êtes la-haut...






Le col de la Furka, depuis le Grimsel, et tout à gauche, le Glacier du Rhône et l'Hôtel du Belvédère.

Restaurant Baschi, bon appétit !