lundi 26 novembre 2018

St Nazaire

Voilà une ville-port que j'aime parcourir de de babord à tribord. De fréquant passage dans la salle des machines et de longues heures a flaner sur le pont. Soit les chantiers de l'Atlantique et les boulevards qui longent la rade de St Nazaire d'ou l'on peut rêver à voir les cargos s'éloigner.

Mon coin, c'est Penhoet, la ou bat le coeur de la construction navale. Le quartier devait être drôlement animé le siècle passé, à voir les deventures des cafés et hôtels fermés depuis lors. Ca me fait un peu penser à Chippis et l'usine d'aluminium, quand les femmes attendaient leurs maris à la sortie de l'usine, non pas pour les accueillirs à bras ouvert, mais pour récuperer la paie avant qu'elle ne soit bue le long de l'Avenue de la Soif, bordée de bistrots prêt à soulager l'ouvrier en goguette !

Les temps ont changés, maintenant les ouvriers arrivent en voiture, alors qu'avant c'était les vélos qui bouchonnaient à l'entrée des chantiers. Les quelques restaurants ouvert accueillent des hommes et des femmes fière du travail accomplis à construire ces géants des mers. La patronne du "Café du Brésil", ou j'ai pris mes habitudes quelques jours, a toujours un mot d'encouragement, un sourire ou une blague pour "ses" gars. Pas de chichis, mais une chaleur humaine en guise de bienvenue.

Le "Celebrity Edge" est en phase de finition. Il va sortir bientôt de son bassin pour prendre le large, et l'on sent déjà poindre un peu de nostalgie de voir partir le "bébé" que tout ces gens ont choyé, construit, bichonné pendant un sacré bout de temps.





Les Oides, petits personnages bleus que l'on rencontre un peu partout en se promenant au travers de St Nazaire, et chaque fois que je viens, j'en découvre des nouveaux dans des endroits incongrus.

Surtout ne pas laisser ses rêves derrière des grillages, et ne pas attendre "le poids des années, qui dans mon pays, avec de la chance, m'aurais permis..." comme le chantait le Suisse, Michel Buhler en 1969 sous le titre "Helevtiquement vôtre", paroles toujours d'actualité...

Et Mademoiselle n'attend pas pour commencer une partie de pêche dans le Bassin de Penhoet.

J'ai installé ma chambre à coucher près du phare, avec vue sur le Pont de St Nazaire. Et après une nuit passée au bord de l'eau, le soleil va faire son apparition au travers de la brume qui suit la Loire jusqu'a son embouchure.
















C'est peut être à cause de Tintin que St Nazaire me plait. Lui qui m'as fait voyager autour de la planète quand j'étais petit, alors que l'on allait guère plus loin que Cossonay ou Champéry...






mardi 20 novembre 2018

Saudade

"Je parle d'un sentiment plus proche de la notion portugaise de saudade, une personne, un lieu ou un sentiment de la vie irremediablement perdu; une ombre intime qui vous accompagne partout et qui, même si vous l'oubliez le plus souvent, peut à tout moment vous déchirer le coeur"
Jim Harrisson


Claude, Yann et Vincent

Les souvenirs du temps passé
Quand les personnes que l'on a aimé
Ne sont plus là pour les partager
On un goût prononcé
De nostalgie

jeudi 15 novembre 2018

La Baie des Trépassés

 S'il est une endroit que j'apprécie particulierement en Bretagne, c'est bien la Baie des Trépassés, d'ou apparait à fleur d'eau l'incroyable Ile de Sein qui semble naviguer sur la crête des vagues, à l'instar de ce surfeur prêt à la rejoindre pour faire ensemble une partie de saute-mouton avec le Phare de La Vieille et la Pointe du Raz comme spectateur.







Aborder à la Pointe du Van, longer la côte sur la pointe des pieds, dans une fin d'après-midi bretonne, ensoleillée et automnale, admirer l'ile de Sein dans le lointain, et pourtant si proche à la fois qu'on pourrait la prendre entre ses mains, compter les phares qui jalonnent l'horizon: La Vieille, Sein, Ar-Men, Tevennec, suivre des yeux l'Enez Sun qui va aller se mettre à quai au Men Brial, admirer les surfeurs chevauchant les crêtes des vagues en défiant les lois de l'équilibre, puis se caler dans un coin de rocher et suivre la lente disparition du soleil dans le lointain pendant que d'autre, assis sur leurs planches, semblent se fondre dans l'embrasement géneral.

Puis, la nuit tombée, d'étranges lueurs apparaissent. Tandis que la lune et l'éclat des phares trouent l'obscurité, d'autres esprits tout droit sorti des profondeurs de la Baie des Trépassée louvoient sur la crêtes des vagues qui continuent inlassablement à venir lécher la côte.

La Baie serait elle hantée ?? 

Hantée par des surfeurs qui s'offrent une petite session nocturne, muni de puissantes lampes frontales.
Dommage que tout finisse par s'expliquer. Un morceau de lune tombé dans l'océan et venant à ma rencontre pour me parler de sa vie d'errance solitaire dans le ciel m'aurait bien plu !

Le matin verra "La Vieille" bien enmitoufflée dans son duvet comme moi dans le mien, sortir doucement la tête et chercher des yeux le soleil qui va commencer à réchauffer doucement ce bout de continent en lui donnant cette lumière si particulière, appreciée de ceux qui se lèvent tôt.

Une nouvelle journée commence à la Pointe du Raz.