dimanche 21 janvier 2018

Il neige à Zinal

A force d'entendre les plaintes monter des stations de ski vers un ciel désespérément vide ces dernières année, le marchand de neige s'est décidé à frapper un grand coup pour retrouver la confiance de tout ces mordus de paradis blanc et de descentes enivrantes sur des tapis moelleux de fraiche poudreuse. 



 Après s'être retenu pendant toutes ces années, il semble avoir perdu le sens de la mesure, et pour se rattraper, déverse depuis quelques jours ses flocons par milliards afin de se faire pardonner. 

Le village, qui n'en demandait pas tant,  disparait peu à peu sous le flot de cette générosité qui semble ne plus vouloir s'arrêter.

Les façades de mélèzes, noircies par le soleil, blanchissent soudainement sous les rafales de neige emmenées par un vent tempétueux.

La neige s'amoncelle dans les moindres recoins et forme d'insondables congères qui vont rester encore longtemps.

Et le silence ouaté augmente à la même cadence que tombe les flocons, troublé seulement par le crissement des pas de quelques promeneurs ravis de cette étonnant spectacle.




 Une éclaircie se dessine avec l'arrivée de l'hélicoptère, qui va orchestrer la symphonie explosive propice au déclenchement des avalanches afin de sécuriser la zone.
Et le spectacle va être à la hauteur de cette longue attente. 

Sous le souffle de quelques kilos d'explosif, la vague neigeuse commence à glisser lentement, majestueusement, semblant tournoyer sur elle-même, cherchant son chemin parmi les rochers, prends soudainement de la vitesse et de l'ampleur pour venir se fracasser dans le fond des Plats de la Lée avant qu'un nuage de poudreuse ne remonte le flan opposé de la vallée et fasse disparaitre le Besso à nos yeux éblouis !


 Après l'avalanche, le spectacle continue avec la féerie nocturne à travers les ruelles du Vieux Zinal.



 Un grand merci à l'Entreprise Car Postal qui assure les liaisons par -presque- n'importe quel temps et aux hommes du déneigement qui travaillent sans relâche afin que la vie puisse être plus facile dans ces périodes enneigées.




 Les Dents de la Mer...à Zinal ?!





 Et ce dimanche midi, la nouvelle est tombée, la route va être fermée et le village va hiberner quelques jours, le temps que la situation se stabilise. 
L'ambiance va être à la conversation, à la fête ou à la méditation selon le caractère de chacun, mais ne laissera personne indiffèrent, l'expérience étant toujours assez étonnante de devoir dépendre du temps pendant quelques jours pour organiser ses journées.

Dernier coup d'oeil depuis l' l'Hôtel Europe ou j'ai trouvé refuge, sur le village qui va plonger dans le silence et la nuit avec la surprise d'un lendemain encore plus blanc...




3 commentaires:

Dédé a dit…

Coucou Claude. Tes photos sont toutes plus belles les unes que les autres et rendent bien hommage à ce majestueux hiver. J'imagine qu'il doit régner une ambiance spéciale dans la station avec les mesures qui ont été prises. Ici, après une matinée encore très enneigée, les sapins se délestent de leurs paquets de neige, sous les assauts d'une triste pluie froide. C'est tristounet. Bises alpines.

Marie-Anne Marchal a dit…

Magnifique et tellement magique ! Bravo !

Une belge souvent au déjert de Claudy

Dominique a dit…

Le Perche a pris des allures montagnardes aujourd'hui.