vendredi 23 août 2019

Moléson et Teysachaux

"Du Moléson on y voit ma maison, tché don ! " Je vais monter vérifier ça sur place, surtout que la dernière fois que je suis grimpé la-haut, le brouillard qui m'a accompagné presque toute la journée m'a pas permis de vérifier cette adage typiquement fribourgeois !


La Dent de Broc et la Dent du Chamois me rappelle une excellente rando sous le soleil celle-ci, et je me demande toujours si les vaches en vacances à l'alpage ont le même sentiments d'admiration devant ces paysages que nous... en tout les cas, j’espère qu'elles en profitent bien avant de finir sur l'étale du boucher.



Petit détour par le Teysachaux ou il y a déjà pas mal de gens qui sont au sommet pour admirer la vue sur les Alpes et le Léman. Mais le temps que je grimpe la-haut, tout ces braves gens sont redescendu et me laisse l'endroit désert pour rêvasser et casser la croute tout a mon aise... quelques dizaine de minutes seulement, car le lieux est bien fréquenté.







Le sommet du Moléson est également bien visité, mais le téléphérique qui dépose les gens quelques dizaines de mètres plus bas y est pour beaucoup. 

C'est toujours l’ambiguïté des sommets desservi par les remontées mécaniques, croiser des gens en espadrilles, jupette et tee-shirt après trois heures de montée par des sentiers escarpés.





Les Gastlosen, ma prochaine rando, se profile au loin pendant que le téléphérique continue de monter les touristes en quête d'air pur et de vue lointaine. Du monde également près de la croix, arrivée de la via ferrata qui verra du monde à la nuit tombée, une escalade nocturne est au programme et le spectacle de ces centaines de lampes frontales se suivant dans la parois sera magnifique.







Après avoir accompagné les ferratistes dans leurs grimpées nocturne, la lune se mélange au lever de soleil au dessus du Moléson avant de sembler s'évader d'un enclos pour partir vers des contrées nouvelles avant de revenir inlassablement à son point de départ.