A la découverte du transport de bois.

Pendant mon séjour en Mayenne, je suis parti une journée en compagnie de Jean-Luc, chauffeur routier spécialisé dans le transport de bois. Rendez-vous est pris à 5.30 devant l'église à Louverné. On s'est trouvé du premier coup vu qu'ont étaient les seul sur la place... Je le suis jusqu'au parking de l'entreprise ou je gare mon petit camion pour grimper dans un semi- remorque plein à ras bord de bois. Dans le petit jour, le moteur du DAF ronronne de plaisir, prêt à prendre la route pour une tournée d'environ 600 kilomètres qui vont nous faire traverser la Mayenne, la Normandie, la Bretagne et retour sur Laval et Louverné. Pour l'instant, personne sur les routes ce vendredi et les kilomètres commence à passer sous les 12 roues et 55 tonnes du camion.
Direction: une fabrique de palettes à L'Aigle, pas loin d'Evreux, dans l'Orne ou nous arrivons à 7 heures du matin, les premiers pour décharger. Pas d'attente et les billes de chênes sont déposées à coté du camion pour commencer bientôt une nouvelle vie. Sitôt le déchargement terminé, Jean-Luc donne un coup de balai sur le pont de son camion, passe au bureau régler les bulletins de livraison et nous repartons, léger comme une plume, charger une autre cargaison quelques kilomètres plus loin. 
                         

 Quand je dis léger comme une plume, c'est que sans le chargement, le camion a comme des ailes et semble voler sur la route.. Petit arret pour la pause café et départ pour une autre scierie ou nous retrouvons Sylvain en train de charger son camion avec sa grue. En faite, ce sera pour transborder le chargement quelques minutes plus tard sur le camion à Jean-Luc qui n'en a pas. De grue! Alors les deux DAF vont se mettre cote à cote et commencer le transfert de cargaison, puis Sylvain retournera charger sa remorque. Les camion de l'entreprise Morin sont
décorés au gout des chauffeurs! Celui de Sylvain est de style Viking . Quand aux autres, je les verrais ce soir en rentrant au parking de l'entreprise.





                                          Pendant que Sylvain fini de charger sa remorque, nous repartons en direction de Rennes pour décharger dans une troisième scierie non sans nous être arrêté dans un routier pour manger . Apéro au bar puis on commande le manger et on paie d'avance (Jean Luc me dit que y'en a trop qui sont parti sans payer!) Les conversations des voisins tournent autour du transport, de la route,des itinéraires. Le casse croute est pas mal et c'est rassasié que nous repartons. Sur le parking, les camions ne sont plus les mêmes, comme quoi ça roule dans le coin.
En route nous apercevons le camion de Sylvain arrêté devant un autre routier.. chacun ses préferences pour le manger et la causette ! Le temps varie sans cesse cette journée.. petite pluie fine, soleil, passage de nuages, pluie plus forte, soleil.. en espérant le soleil pour décharger!

le décors du camion de Sylvain
Nous voila dans une autre scierie, toute la place est goudronnée ce qui est plus agréable pour manœuvrer et ne pas remplir le camion de boue.


Le transbordement des billes recommence. Deux camions à vider avec une seule grue.
Pendant ce temps, je visite un peu l'entreprise et les machines à enlever l'écorce des troncs, puis une autre qui débite les billes en planches, poutres ou carrelets, selon les besoins, et le tout dans un bruit assourdissant.
A choisir, le transport du bois est moins bruyant!
                                                        


Les machines ne sont pas les mêmes d'une scierie à l'autre. Dans la deuxième, tout était automatisé et guidé depuis un poste de commande insonorisé. Un travail à la chaîne,sur tapis roulant, les troncs marqués des le début et travaillés en fonction de leurs longueurs , droitures et qualités.
Ici, les machines sont plus anciennes, mais montre mieux l'ingéniosité des scieurs de long!
La machine infernal pour enlever l'écorce!







Entre les piles de planches fraichement coupées,la vie se promène déjà!









Et maintenant, on va aller charger en foret.
Consulter la carte,brancher le GPS et roule ma poule. C'est une voie féminine et synthétique qui nous indique la direction à prendre. C'est la première fois que j'entend fonctionner cette étrange appareil. La technique a du bon, mais comme dit Jean-Luc, mieux vaut vérifier sur la carte , et les chemin forestier ne sont pas encore tous répertorié ! Et si jamais ça tombe en panne, mieux vaut garder son sens de l'orientation !!



Je suis impressionné par la maniabilité de ce semi remorque. Ça a l'air de passer partout et nous rentrons dans un petit chemin forestier, a angle droit avec la départementale qui est déjà étroite, et hop!comme papa dans maman, nous rentrons dans la foret pour aller chercher le dernier voyage.

Le bois nous attend sagement, bien empilé au bord d'une vaste clairière fraîchement déboisée.Un camion grue est également prêt pour nous charger pour la dernière fois de la journée. Faut dire qu'il est déjà 18 hrs  !Les journées sont longues dans la branche!
Dans la clairière, des troncs de bonnes longueur sont empilés en attendant d'être expédiés.. en Chine! d'ou ils reviendront sous forme de jouets en bois ou de meubles. Comme quoi le bois voyage beaucoup ! Chez nous, c'est des camions rempli de gros rochers qui descendent en plaine, alors que d'autres camions remplis de gros cailloux remontent la vallée!


Aller! dernière ligne droite, direction Laval,on attrape l'autoroute et le retour se fait dans le soleil couchant, ambiance Western, avec tout ces chevaux qui tirent ces tonnes de bois.
Il est 21 heures lorsqu'on arrive au parking, que nous avons quitté 15 heures plus tôt!
Une journée ordinaire pour Jean-Luc et des millier d'autre routiers
qui passe beaucoup de temps pour amener des quantités phénoménales de marchandises diverses au quatre coin de l'Europe et des alentours! 

Comme disait Max Meynier    Salut les Artistes! ... et merci Jean Luc 





1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je rêverais de conduire un de ces beaux camions...