lundi 24 juillet 2017

Le long du Bisse de Nirwäch / Ausserberg

Petit tour sur le bisse de Nirwäch que l'on dit vertigineux, histoire de marcher un peu au plat...ca me changera des grimpettes de ces derniers week end. Départ depuis Ausserberg, ou je retrouve une espèce en voie de développement rapide même dans des petits villages reculés ou très haut dans la montagne, le parcomètre!!! Plutôt une espèce de taxe de séjour pour les voitures qu'une limitation de temps de stationnement pour un véhicule... mais je ne suis pas la pour me prendre la tête à ce sujet, alors en marche Claude et va découvrir ce bisse !


 Ausserberg

La construction se faisait avec les moyens mis à disposition par la nature, un tronc évidé et les roches des alentours pour consolider l'ouvrage.

En voyant les efforts qu'il fallait faire à l'époque pour alimenter en eau un région dont la survie en dépendait, je me dis qu'il en fallait du courage et de la volonté pour construire ces bisses dans des endroits impossibles d'accès et avec les moyens de l'époque, tout ça pour avoir un minimum de confort et de résultat, alors qu'aujourd'hui, il suffit d'ouvrir le robinet ou le frigo pour avoir tout ce qu'il nous faut...




 Cette roue servait de témoin sonore du bon fonctionnement du bisse. Tant que l'eau coulait, elle actionnait cette roue à aube qui actionnait à son tour un marteau dont le battement régulier sur une plaque de fer signifiait que l'eau coulait. Des que le bisse était rompu ou obstrué, le silence nécessitait  une intervention d'urgence.


 Le chemin est taillé dans la roche sur des kilomètres et la pente est respectée sans les niveaux laser d'aujourd'hui...

 De l'autre côté de la vallée, le bisse de Gorperi amène l'eau au village d'Eggerberg. Le tracé est -presque-plus facile...Ce sera pour une prochaine sortie.




 Arrivée à la prise d'eau des deux bisses et pause casse-croute à la fraicheur de la rivière.


 Le retour se fait par le bisse d'Undra Suon qui coule une centaine de mètres en contrebas du bisse de Nirwäch et me ramène a mon point de départ par un magnifique sentier fleuri, agrémenté du chant de l'eau qui coule à un bon débit.


 Tenue de soirée...

 Partage des eaux entre plusieurs villages...

 ...et changement de décors à l'arrivée sur la vallée du Rhône.




 La carte de la randonnée  "CLIC"



lundi 17 juillet 2017

Pointe Bellevue, Vautours et Machaon


Au départ de Morgins, les Dents du Midi se dévoilent au fur et à mesure de la (raide) montée en direction des Portes de Culet puis de la Pointe Bellevue, but de la rando du jour. Seul défaut, c'est une route goudronnée qui mène jusqu'aux Portes, mais la magnifique vue sur les Dents du Midi fait oublier ce désagrément...



 L'arête de Pré Fleurie et le Lac Léman au loin, qui donne envie de se plonger dedans après cette grimpée au soleil de juillet, et comme il n'y a pas beaucoup de cailloux pour faire une petite sculpture éphémère, les abricots du Valais feront tout aussi bien l'affaire.


 Rencontre au ras du sol avec un Machaon, et il y en a des centaines qui papillonnent sur les flans herbeux de la Pointe Bellevue, parfois seul, parfois en couple.
 Puis un peu plus tard, dans la Combe de Dreveneuse, surgissent au dessus des sapins, quatre vautours fauves  J'en crois pas mes yeux et j'ai juste le temps de sortir mon appareil photo du sac avant qu'ils ne repartent de l'autre côté de l'arête de Pré Fleurie, vraisemblablement en direction du val d'Abondance. Furtif, mais impressionnant. 



 




Pour bien finir la journée, une bière locale, brassée dans une...piscine, et un peu plus tard, chez Pizza'Val, un camion  installé à Val d'Illiez, une pizza aussi excellente que Valérie est sympathique.


lundi 10 juillet 2017

Dent de Broc


Broc, et son chocolat, la Gruyère et son fromage, sa crème et ses meringues m'ont fait de l'oeil pour ce week-end, et je n'ai pas pu résister à l'appel de la gourmandise. Après une nuit à regarder passer la pleine lune au col des Mosses, départ pour la Dent de Broc, au frais dans la foret, depuis le Pont qui Branle, mais qui est quand même bien solide pour son âge, direction le Col des Combes.








L'alpage est bien rempli de gentianes qui déroulent un tapis jaune sur les pentes abruptes du col.





Les tavillons servent aussi d'abri aux araignées 

et les fraises des bois, bien cachées dans l'herbe, ont toujours un gout aussi délicieux.

A croire que chacun a sa part d'alpage...et de barrières, 
mais à qui seront les gentianes du no-men's land ? La petite croix la-haut indique la destination finale, et la grimpée s'annonce chaude, je parle du soleil !

Le résultat est toujours à la hauteur de l'effort, et à la différence du sommet du Moléson, pas de bistro et de téléphérique ici, et la vue est d'autant plus magnifique!! Le Lac de la Gruyère et tout au fond le Lac de Neuchâtel, Broc au premier plan et à gauche, Bulle.

Le Lac de Montsalvens et Charmey.

La montée peut aussi se faire en longeant l'arête, mais c'est un peu plus acrobatique!


Superbe maison fribourgeoise!

Suisse Mobile, très bonne application pour randonner, préparer ses parcours à la maison, les enregistrer et les avoir avec soi en rando. Et pour la France, c'est "Calcul d'itinéraire" un peu plus compliqué...mais on s'y fait.