vendredi 27 février 2015

lundi 16 février 2015

Ile de Peilz

Chaque fois que j'arrive à Villeneuve, mon premier repère lacustre c'est...une île.
Bien plus petite que l’île de Sein, mais proportionnée au Lac Léman, 
l’île de Peilz me fait toujours rêver  d'horizon lointain...




mardi 10 février 2015

Toujours dans les cartons...

On trouve aussi la Formule 1 à Monza, en 1978

 Première voiture de formule 1 équipée d'un moteur turbo en 1977, que l'on entendait venir de loin, avec son sifflement caractéristique...et son nuage blanc quand le turbo explosait !
 Surnommée "Yellow tea pot " La théière jaune", couleur de Renault et vapeur blanche.
Tout le monde rigolait des turbo Renault... et maintenant tout le monde en a un, ou presque.

par contre, là, on en voit plus, sauf sur les camions, alors qu'a l'époque, c'était les camions qui étaient déjà presque tous équipés d'un turbo.


 Barbecue géant, poulet au feu de bois et frites dans un semi-remorque,
 et à coté des tonneaux de vin rouge et blanc pour nourrir les tifosi !

Tifosi qui rivalisaient d'ingéniosité pour avoir la meilleure vue avec le billet d'entrée le moins cher !



 Pas facile de grimper au sommet des virages relevés pour avoir la vue sur le circuit,
 et c'est la que passaient les voitures de courses avant.

 Quand Niki Lauda passait avec sa Ferrari, les spectateurs entraient en transe, 
ou en danse selon le classement !

A peine la première voiture a t'elle franchit la ligne d'arrivée, que le public se ruait sur la piste pour entourer le vainqueur, surtout si c'était une Ferrari, et les pilotes suivant devaient se frayer un chemin à grand coup de klaxon ( !? ) dans la foule en délire. Impensable de nos jours !!

Après Jo Siffert, c'est quand Clay Regazzoni était en course, 
que le drapeau Suisse était fréquent autour des circuits.

Déjà l'appareil photo autour du cou.
 L'époque ou la pellicule et le développement coûtaient la peau du cul 
ou quand il fallait réfléchir avant de déclencher...
mais quel plaisir quand, dans la chambre noire qui devenait rouge par la suite,
se révélait la vérité sur la justesse-ou pas- de notre coup d’œil.

dimanche 8 février 2015

Encore les cartons...

1976, départ de la transatlantique en solitaire à Plymouth.

 En train jusqu'au Havre, puis le ferry jusqu’à Southampton, et de nouveau le train jusqu’à Plymouth

Les Abeilles, remorqueurs du Havre, port dans lequel je chanterais a tue-tete "Les Ports de l'Atlantique" de Serge Lama, jusqu'a ce qu'un marin, saoulé de m'entendre, me lance : 
"Tais-toi donc, c'est la Manche ici !!"

Arrivée a Plymouth ou m'attendait les potes du" Rara Avis", sur lequel j'ai hésité
-trop longtemps- à m'embarquer clandestinement...

Le grand bateau bleu d'Alain Colas, 72 m. de long, 4 mats de 30 m., 1000 m2 de voiles, 
sur lequel je naviguerais quelque temps plus tard, du coté du Havre, équipier au mat no 1, et qui arrivera 2 eme à Newport, 7 heures après Eric Tabarly.
Alain Colas a été l'un des premiers a trouver des sponsors pour financer ses bateaux, et c'est vrai que l'on ne voit pas beaucoup de pub sur les coques et les voiles en ce temps la...


 Alain Colas, a bord malgré son accident qui a failli l'amputer d'un pied, qu'il gardera marin jusqu’à sa disparition en 1978, lors de la Route du Rhum, sur "Manureva"

 ...et Pen Duick VI, d'Eric Tabarly, vainqueur sans le savoir, de l'édition 1976.

Le Rara Avis, en partance pour les Amériques, fera office de relais avec 
St Lys- radio pour les navigateurs solitaires.
A l'heure ou les communications satellitaires n'existaient pas.

...et moi, je rentre tout doucement à Genève, 
en ayant bien le temps de regretter de ne pas m’être embarqué !!

samedi 7 février 2015

Quand on fouille dans les cartons...

Premier voyage a Paris en 1974, et premières photos...

Paris à l'époque...et maintenant !






La grandeur des affiches publicitaires était à l'image de la ville, immense !

A Montmartre.

Le terme "stationnement gênant" m'amusait beaucoup !

...et la moto a double commande aussi...

Dans les jardins, au pied de la Butte Montmartre.


Sortie du métro, place de l'Opéra, premier cliché.

Dossier épineux et serpent de mer de l'époque, et but de promenade du dimanche parisien...