mercredi 24 septembre 2014

Le Tracteur Rouge de Malval

Un jour, il est arrivé ici, sans savoir que ce serait pour longtemps, son pilote s'est rangé le long du muret, a peut être respiré un grand coup avant de tourner la clef de contact pour arrêter le ronronnement du moteur, et est parti vers d'autres cieux, laissant là celui qui l'a aidé a travailler les champs pendant de nombreuses années. 

Depuis, les phares tournés vers l'Allondon et le soleil levant, il meure tout doucement, par pièces détachées, au gré des visites nocturnes d'autres pilotes qui ont encore besoin de ses pièces.
Sa couleur n'est plus aussi vive que lors de ses premières sorties,
lorsqu'il faisait la fierté de son propriétaire.
L'air s'échappe doucement de ses quatres poumons de caoutchouc et le rapproche inexorablement de la terre qu'il a travaillé pendant de nombreuses années.

Une larme s'échappe de son volant que plus personne ne tiendra pour le guider dans les sillons des champs, semer le blé, le mais ou le tournesol, ses cadrans sont éteints et l'essence ne circule plus 
dans le carburateur qui lui faisait office de coeur. 

Bientôt, l'automne et ses brouillards matinaux en feront un tracteur fantôme que plus personne ne viendra admirer. Ainsi va la vie  du Tracteur Rouge de Malval...

Kenavo !

3 commentaires:

bas van Es a dit…

ja maar zo gaat het wel.

Leo Pieretti a dit…

Bellissimo post, è una poesia.

Lison a dit…

Pour ce vieux tracteur, c'est un très bel hommage, Claude. J'ai aussi de vieux tracteurs rouges mais ils sont encore pleins de vie et voir un véhicule ancien se déliter au fil du temps m'a toujours fait mal. ce tracteur, vous lui redonnez vie et vous êtes un homme de coeur. merci pour ce billet beau et triste