dimanche 29 juin 2014

De Guérande à St Nazaire


 Tintin est passé avant moi sur le port de St Nazaire, mais le décors est intact et les grues sont toujours prêtes à décharger des marchandises venues de continents lointains.


 A vide, ce bateau montre ses dessous et ses mensurations...

 et ce pigeon est bien ancré sur son perchoir.


Opération "Nez Rouge" pour la marine marchande



 En Valais, les raccards sont posé sur des pilotis protégés par des dalles de pierres pour empêcher les souris de venir grignoter le garde-manger.
Les amarres des bateaux sont équipés du même système, pour les même raisons.

 Un troupeau d'éléphants bleus à pattes jaunes semble stationné sur le port, mais sous ces bâches se cachent des moteurs de bateaux plus grand qu'un semi remorque.



Et malgré toute la technologie du port de St Nazaire, subsiste encore la pêche à la crevette traditionnelle.


Voila, le voyage d'Ostende à St Nazaire s'achève ... Marche à pied, bateau, avion, voiture ...du soleil, du vent, un tout petit peu de pluie !!! et plein de souvenirs dans mon sac a dos, qui du coup, est nettement plus léger !
Des paysages fabuleux, des couchers de soleil qui durent - presque- jusqu'au lever, la Mer qui m'a tenu la main droite pendant tout ce temps, tantôt douce, tantôt agitée mais toujours présente, les goélands, fous de bassan et autres dauphins et phoques qui me regardaient d'un drôle d'air sans parler des lapins des iles et des hérons des marais. Ces kilomètres de sentiers côtiers encore désert à cette époque et ce plaisir de marcher droit devant, en sachant qu'aucun jour ne sera pareil au précédent a été une expérience fabuleuse.
La barre à bâbord toute, et direction les montagnes, ou le chant des vagues va m'accompagner encore longtemps...
J'ai trouvé au café du Port de Loctudy, lors de la fête de la musique, parmi toutes les photos des sorties, et rentrée de mer, de souvenirs de pêcheurs et de fêtes maritimes affichés aux murs, un 
superbe  texte de  Louis Bertholom, poète Breton,
que je vous offre en guise de conclusion, ainsi qu'une très belle chanson, entendue également a Loctudy par une chorale dans le cadre de la fête de la musique, du chanteur Breton Gérard Jaffres:




Merci à tout ceux qui ont marché dans mes pas...
A bientôt, dans un autre décors... Kenavo !! :-)))

vendredi 27 juin 2014

Guérande

Récolte de la fleur de sel, du doigté et de la légèreté du maniement de la lousse font le succès de de la récolte!

Puis, avec le même doigté, le las entre les mains,  le sel est ramené vers la ladure pour former un tas qui s'égouttera toute la nuit...

...pour être chargé dans la brouette le matin venu.

C'est tout un système d'irrigation qui est mis en place pour réguler le débit de l'eau qui passe par différents bassins afin de filtrer l'eau de mer pour aboutir finalement dans les oeillets ou la salinité de l'eau atteint son maximum, pour y être récolté.
1 lt d'eau contient 35 g de sel.

La saline est une unité de production, c'est le lieu de travail du paludier. L'été, à chaque grande marée, le paludier ouvre une trappe et remplit d'eau de mer sa vasière, premier bassin d'évaporation du circuit qui sert de réserve entre deux marées. Comme son nom l'indique il s'agit aussi d'un bassin de décantation, où les particules en suspension, brassées par la mer, vont se déposer.

Grâce à une légère et constante dénivellation, cette eau passe ensuite dans les bassins d'évaporation, le cobier, les fards et les adernes qui servent de réserve journalière pour alimenter les derniers bassins où s'effectue la récolte du sel : les œillets. Avec une concentration en sel de l'ordre de 25 g/l, l'océan Atlantique pénètre dans le traict du Croisic puis va remonter par un système de canaux, les étiers, jusqu'au plus profond du bassin guérandais à plusieurs kilomètres de l'océan. Une fois dans la vasière, le long parcours de l'eau à travers les bassins successifs va entraîner son réchauffement et son évaporation sous l'action du soleil et du vent. Dans l'œillet, l'eau atteint une concentration suffisante pour que le sel cristallise (280 g/l). 

C'est le travail et la technique du paludier que de gérer, par de judicieux réglages, les niveaux d'eau dans les différents bassins afin de pouvoir récolter le fruit de son travail, le fameux sel Le Guérandais.


Tout savoir sur les marais salants de Guérande:http://www.leguerandais.fr/index.php?id=15&L=0



Une petite partie des marais avec, a gauche, Le Croisic et a droite la Turballe.

Pendant ce temps, à La Turballe, les filets sont prêt pour la prochaine campagne de pêche.. et les goélands aussi pour récupérer les restes !


Le soleil se lève de l'autre coté des marais...

et les habitants des vasières commencent leur repas avec finesse et rapidité !




Kenavo !

jeudi 26 juin 2014

Du phare d'Eckmuhl a La Trinité sur Mer

Grimpette jusqu'au sommet ,ou presque, du phare d'Eckmuhl, ou j'ai été impressionné par la pose du carrelage en opaline sur les murs intérieurs... carrelage en arrondi et ajusté à chaque marche jusqu'au sommet, soit environ 55 m., et aligné verticalement !
Tout ceux qui posent du carrelage comprendrons...
Precision également pour la taille des blocs de granit pour l'édification du phare !




Exposition de photos de marine au port du Guilivinec, des images qui retracent la dureté de la vie de marin pecheur, sur le pont par tout les temps pour amener du poissons frais dans nos assiettes !
Chapeau Messieurs et merci !!



Le banc des Capitaines du port de la Trinité !

Autres bateaux, autres intérêts.
Les Rois de la course au large se reposent dans le port.
imaginez une course autour du monde en solitaire et sans escale, le Vendée Globe, par exemple qui dure 80 jours actuellement et 
24 h. sur 24, car la mer ne s'arrête jamais de bouger!
Une fois parti, vous ne pouvez plus dire stop, une pause de 2 jours me ferais du bien!
Non, il faut y aller jour et nuit, jusqu'au bout ! Quoi qu'il arrive !


Pour le camping, c'est chacun son style !

...et comme les tempêtes de l'hiver sont finies, on solde !!


Kenavo ...

mardi 24 juin 2014

Ile de Sein

L'Ile de Sein, c'est par bateau que l'on s'y rend, une bonne heure de traversée selon les conditions de la mer... et les seuls avions qui nous accompagnent s'appellent Stern ou Goéland .


Depuis Audierne - St Evette, nous longeons la cote dont j'ai fait une partie a pied hier... ça fait toujours plaisir de voir par ou je suis passé ! Nous doublons la Pointe du Raz, mais pas d'images... trop de monde à tribord !! Ce matin pas encore de pécheurs de bar à slalomer dans le raz de Sein et nous laissons 
"La Vieille "sur son rocher se reposer de sa nuit a veiller sur les bateaux en mer ...

...pour nous rapprocher du phare de Sein, qui transmet les clins d'oeil de "La Vieille" au phare 
"d'Ar Men", tout seul en pleine mer, encore un peu plus à l'ouest, comme dirait un certain Professeur Tournesol. Phare d'Ar Men qui est d'ailleurs éteint depuis le mois de mai en raison de problèmes liés aux tempêtes de cette hiver...
Gardien de phare, ça vous dit ?
alors un petit coup d'oeil a cette vidéo et si vous êtes toujours partant...

L'ile de Sein, une histoire d'Amour...

La voila, cette petite ile qui me tient à coeur et qui est en fait le but de mon voyage...
environ 600 kilomètres à pied, par étapes, entrecoupé de déplacement en camionnette pour arriver à cette ile du bout du monde, grande comme un mouchoir de poche mais immense par son histoire...

Sur la digue des Sables Blancs, j'ai trouvé une date sur une pierre, tout en bas du mur, a marée basse...
elle en aura vu défilé, des marées, depuis ce temps !


Et les intermittents du spectacle sont toujours fidèles au poste...



La promenade, a pas lents, histoire de ne pas faire deux fois le tour dans la même heure...
Un excellent reportage si vous êtes tenté par la vie sur une île :
1 an sur l'Ile de Sein
Vidéo que m'a conseillé de regarder Christine, avec qui j'ai bavardé un moment par une belle fin de journée sur la terrasse de son café restaurant "La Maison Bleu"


Les petits que j'avais croisé du coté du Cap Frehel on bien grandit...même si c'est pas les même !

Rentrée de pêche...

...et le spectacle du coucher de soleil peut commencer !!
22 h 20, il disparait à l'horizon et il est 16 h 20 à New York...

...et on recommence... La nuit est courte sur l'Ile de Sein, il est 6h20 et la lumière envahit déjà ma petite chambre d'hôtel avec vue sur la mer, et à l'Hotel des 3 Dauphins, on raconte pas d'histoire !
Vue sur la mer, c'est vue sur la mer ! Vous la voulez,vous allez l'avoir..ou la voir.. je sais plus !
mais elle est la, bien la, elle m'a bercé toute la nuit et au matin, elle s'offre a moi, encore rougissante  de plaisir ...d'avoir été très calme... pas comme cet hiver !!

La causette du matin en attendant la marée comme d'autres attendent le métro pour aller au boulot...
à choisir, je pense que vous êtes comme moi ...
Qui a dit "Non" ??!!




Voila a quoi ressemble le sol de l'Ile...
equilibre fragile entre roche, terre et galets...
et n'emportez pas de galets avec vous...
120 000 touristes par an qui emporte chacun 1 galet et vous visiterez l'ile virtuellement dans un musée la prochaine fois !

Retour au port, accueilli par sa femme et son chien après une belle journée de pêche ...
et moi ma dernière heure sur l'ile avant de regagner le continent, et un autre style de vie...

Kenavo...