mardi 12 octobre 2010

Farinet




Né près d'Aoste  et tout d'abord contrebandier, Farinet s'établit dans le Valais en 1869. Les fausses pièces de 20 centimes se multipliant en 1871 à Martigny, il fut arrêté avec trois complices ( Farinet  frappait uniquement des pièces de 20 centimes suisses datées 1850 qu’il distribuait largement à la population locale en échange de nourriture et de protection). Condamné à 4 ans de réclusion, il s'évadait un mois plus tard et ne devait  jamais être repris jusqu'à sa mort. 
Bel homme, beau parleur, offrant volontiers à boire, Farinet plaisait aux femmes et subjuguait les hommes. La population du Valais central, pauvre,  méfiante envers les autorités, traumatisée par la faillite récente de la Banque cantonale, le protégeait, l'hébergeait, le prévenait de l'arrivée des gendarmes. Ses pièces, qu'on savait fausses, circulaient quand même. Le personnage était pourtant loin d'être un Robin des Bois : on ne le vit jamais secourir la veuve et l'orphelin ou venir en aide à ses complices, hommes frustes qu'il méprisait. 
Sa mort suscita immédiatement des rumeurs.  Alors qu'il était traqué, affamé, on trouva son corps au fond d'un précipice  et les supputations se multiplièrent : chute accidentelle, suicide, balle d'un gendarme ?




1 commentaire:

Bénédicte a dit…

Ça me rappelle les compositions de Nils Udo...