dimanche 31 octobre 2010


 Fromage à raclette et lard fumé à la foire de Riddes,artisanat et mur de grimpe,boeuf entier à la broche pour une grande fête qui va durer jusqu'au bout de la nuit...




                                                                                                      



mardi 26 octobre 2010

 Malgré la neige en montagne,à Sion il faisait très beau et doux...vraiment un pays de contraste,comme le château et sa nouvelle voisine..

lundi 25 octobre 2010

Pluie

  Chandolin,2000 mètres au dessus du niveau de la mer,l'hiver se profile gentiment en mélangeant quelques flocons de neige à la pluie et au embruns
quand,surgissant de la brume,un rayon de soleil jaune vient réchauffer subitement l’atmosphère et illuminer des ses deux yeux bleu la grisaille de la place déserte...


mercredi 20 octobre 2010

Sculpture

Sculpteur sur bois,un métier et un art passionnant, mêlant patience, habileté et finesse.Celui- ci m'a confié son truc:"je commence par sculpter les cornes,comme ça,si je loupe et que j'en casse une,pas besoin de recommencer toute la vache ! " 










Combat de Reines,un sujet inépuisable en Valais!
 

dimanche 17 octobre 2010

Accordéon

 Un moment de pur bonheur avec ce duo d'accordéon...
"accordez,accordez,accordez donc,
accordez sa chance à l'accordéon!"

video video

Sculpture

 Des artistes dans des matériaux si différent pour un résultat
magnifique.
 
   
 

mardi 12 octobre 2010

Farinet




Né près d'Aoste  et tout d'abord contrebandier, Farinet s'établit dans le Valais en 1869. Les fausses pièces de 20 centimes se multipliant en 1871 à Martigny, il fut arrêté avec trois complices ( Farinet  frappait uniquement des pièces de 20 centimes suisses datées 1850 qu’il distribuait largement à la population locale en échange de nourriture et de protection). Condamné à 4 ans de réclusion, il s'évadait un mois plus tard et ne devait  jamais être repris jusqu'à sa mort. 
Bel homme, beau parleur, offrant volontiers à boire, Farinet plaisait aux femmes et subjuguait les hommes. La population du Valais central, pauvre,  méfiante envers les autorités, traumatisée par la faillite récente de la Banque cantonale, le protégeait, l'hébergeait, le prévenait de l'arrivée des gendarmes. Ses pièces, qu'on savait fausses, circulaient quand même. Le personnage était pourtant loin d'être un Robin des Bois : on ne le vit jamais secourir la veuve et l'orphelin ou venir en aide à ses complices, hommes frustes qu'il méprisait. 
Sa mort suscita immédiatement des rumeurs.  Alors qu'il était traqué, affamé, on trouva son corps au fond d'un précipice  et les supputations se multiplièrent : chute accidentelle, suicide, balle d'un gendarme ?




La vigne